DE
09.09.2020
MATIÈRE PREMIÈRE Amikejo (titre de travail) - Projet Moresnet Neutre

PREMIÈRE PRÉVUE LE
10/11/12/13 DÉCEMBRE 2020

Triangel à  St. Vith, BELGIQUE

 

MISE EN SCÈNE: Felix Ensslin

DIRECTION ARTISTIQUE D'AGORA: Kurt Pothen 

 

EN COPRODUCTION AVEC:

La Communauté Germanophone de Belgique

 

En Coopération avec:

Schauspielhaus Bochum | Museum Vieille Montagne   

09.09.2020
Contexte

 

Moresnet devient un territoire « neutre » à partir de 1816, bien avant que cette région essentiellement germanophone ne fasse partie de l'actuel Royaume de Belgique. Pendant cette période - jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale -, ce petit bourg fut un foyer d'innovation politique, culturelle et individuelle.

 

Déjà après la fin du projet napoléonien d'unification de l'Europe, les grands états n'avait pu se mettre d'accord sur l'appartenance de cette région. Les nouvelles technologies de production de zinc avaient éveillé le désir de toutes les puissances impliquées, convoitant les gisement de zinc des sols de cette contrée d'Europe. Les grandes puissances ont donc convenu que tant que la production de la matière première se poursuivrait et que les produits resteraient accessibles à toutes les puissances victorieuses des guerres de libération, une solution « neutre » devrait être trouvée pour la petite région.

 

Comme les pouvoirs en place n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur l'appartenance complète de la région, celle-ci devint la propriété d'une grande variété de pouvoirs et d'entreprises décidées à exploiter la ressource minérale « zinc » qui y était disponible.

 

Différents acteurs de la vie de l'époque virent dans ce "protectorat" neutre sans souveraineté étatique claire la condition préalable à la réalisation de leurs divers désirs : les petits escrocs du "petit trafic frontalier" qui surent exploiter les possibilités de contrebande ; les visionnaires de la vie collective avec leur idée d'une langue commune (l'espéranto) au-delà des identités nationales ; les désespérés et les optimistes qui se retirèrent dans cette région-Eldorado

 

 

PARTICULARITÉS DE MORESNET NEUTRE

 

La particularité de Moresnet neutre réside dans deux aspects, qui s'expriment tous deux dans les lectures et les recherches historiques qui sous-tendent le travail du théâtre AGORA. D'une part, les descriptions individuelles, comme celles de l'auteure littéraire Nanny Lambrecht, nous montrent que les protagonistes de cette histoire - aux autours des années 20 - vécurent ses forces, ses passions, ses espoirs et ses tragédies de manière très personnelle.

 

Beaucoup ont essayé de vivre librement dans cette région. Ils voulaient en faire l'expérience librement, indépendamment non seulement des grandes puissances comme pro prié taires souverains, mais aussi sans les pouvoirs du moralisme, de l'adaptation, du militarisme - en bref : indépendamment de la nécessité de se conformer à une réalité « déjà donnée ».

 

À cette époque, « Moresnet neutre » n'est pas seulement une future partie du Royaume de Belgique. C'est aussi, et cela est déterminant pour notre approche théâtral, un lieu d'expérimentation d'une mentalité politique et d'une ouverture, rôle repris par la Belgique d'aujourd'hui dans le contexte européen. Que ce soit la « Belgique » comme espoir, ou la « Belgique » comme réalité. Au début du XXe siècle, il est donc prévu de faire de Moresnet un État espérantiste. Les adeptes de cette langue artificielle pensent avoir trouvé l'endroit idéal et baptisent Moresnet du nom de « Amikejo » - « Lieu d'amitié ». Un hymne du même nom est même écrit: « Humanité, oh viens à Amikejo ! / Vive l'internationalisme ! / Apportons tous notre cadeau / Sur le bel autel de l'amitié ! ».


Mais le statut particulier de cette structure ne tient pas seulement à des anecdotes bizarres. Il eut des conséquences dramatiques pour ses habitants. En effet, Moresnet continuera ... continuera à se déchirer, car d'innombrables nationalités s'y rassemblèrent, et lorsque de nouvelles constellations se formèrent entre les puissances de l'époque, les anciens voisins durent soudain prendre les armes les uns contre les autres.

 

09.09.2020
Équipe

Conception, écriture, mise en scène : Felix Ensslin

Jeu:  Galia De Backer, Line Lerho, Ninon Perez, Anna Robic, Annika Serong, Viola Streicher

Travail musical et arrangements : Wellington Barros

Création lumière : Jasper Diekamp

Création sonore :  Clemens Hörlbacher

Scénographie: Cordula Körber

Costumes : Petra Kather 

Affiche et graphisme : Nicolas Zupfer

Dramaturgie & Assistanat à la mise en scène : Mira Simon

Conseil dramaturgique : Mona Becker, Christoph Sökler

Diffusion : Roland Schumacher

Direction artistique d'AGORA : Kurt Pothen