DE
23.12.2014
Extraits de la Presse

"De nid, il fut bel et bien question dans "L'Harmonie de la Gent à Plumes", ce théâtre festif, physique, total, audacieux et pertinent, un texte intelligent, nourri de (double) sens et de métaphores, signé de la plume, hum..., de Jean Lambert, grand nom du jeune public."

 

Laurence Bertels

 

 

"Au rayon des valeurs sûres, les enseignants et programmateurs vont aussi gâter leurs oisillons avec L'Harmonie de la Gent à Plumes (dès 13 ans) de l'Agora. Mélange de conférence ornithologique et de kermesse de village, le spectacle pose de passionnantes questions philosophiques.[...] On roucoule de plaisir même si le texte de Jean Lambert vole surtout dans les plumes de notre condition d'être humain, avec tous les sacrifices qu'implique le choix de donner la vie, et tous les renoncements qui régissent les relations entre parents et enfants. Puissant !"

 

Catherine Makereel

 

 

"Le texte de Jean Lambert est savoureux. Le jeu des comédiens est dynamique et bouffon. Chacun campe un personnage justement pastiché avec ses manies, ses tics, ses obsessions, ses contradictions. Chacun est aussi musicien capable de se servir de multiples instruments, comme les meilleurs des clowns. Le travail collectif s'avère efficace tant à travers l'occupation de l'espace que grâce à la diversité des solos, duos, trios ou des mouvements choraux qui s'organisent à la façon d'un kaléidoscope. Les trouvailles abondent et se renouvellent."

 

Michel Voiturier

 

 

De drôles d'oiseaux sortis tout droit de la vie des humains

[...] beaucoup de musique, du chant a cappella plein d'entrain, de la danse et surtout de l'humour dans ce spectacle où les acteurs parcourent avec le spectateur la vie de famille des oiseaux, allant du rut jusqu'à l'envol du nid, en passant par le stade de l'œuf. [...]

 

Et d'aborder toute une série de thèmes fondamentaux de la condition humaine : les difficultés de la parentalité, la fatigue éprouvée par les parents dans l'approvisionnement de leur progéniture, les rivalités et les renvois de responsabilité entre homme et femme. [...] L'allégorie des oiseaux et l'humour sont omniprésents, tant dans le thème de la structure familiale, que dans celui de la migration et de l'inégalité des chances dans le monde.

La première de ce jeudi soir s'est terminée par des applaudissements soutenus et approbateurs. Ils sont probablement à mettre sur le compte de la fascination exercée par un spectacle aux nombreux acteurs, par la musique live et par l'esthétique si séduisante de la pièce. Mais aussi par les personnages bien campés, car chacun à sa manière a su donner à son apparence extérieure aussi bien qu'à son caractère une singularité très attachante.

 

GrenzEcho - Petra Förster - 13 septembre 2014