DE
KOHLHAAS
11.01.2012
Presse

"Il y a des soirs où j'ai l'impression d'avoir fait le tour de la question en tant que spectateur. Il en est d'autre au contraire où j'ai le sentiment de tout redécouvrir. C'est ce qui m'est arrivé avec CE SOIR, KOHLAAS. Construite sur un mode burlesque parfaitement maîtrisé, la pièce use de toutes les ficelles pour prendre ses distances avec une histoire lamentable : un prince qui abuse de son pouvoir pour mettre à mal l'univers d'un homme - Kohlaas - respectueux des lois et de l'ordre. Il finira par déclencher une révolte sanguinaire et incontrôlée. 

Tout est rythmé, rien n'est gratuit. La dérision et l'ironie voilent un propos pourtant omniprésent mais investi plutôt dans les signes qu'à travers les mots. Avec quelques scènes d'anthologie comme le massacre tennistique des marionnettes, la panne de courant, le sacrifice de l'épouse ou encore l'exécution finale. Du vrai théâtre où plaisir et intelligence font bon ménage."

Emile Lansman sur son blog. | 29.12.2011

 

« Car outre l'histoire déjà plaisante qui parle de pouvoir, de despotisme et de résistance, la mise en scène est truffée d'idées originales qui s'enchainent pour former un tout inoubliable, sans qu'on sache vraiment comment on est passé d'une chose à l'autre. [...] « A l'affiche : KOHLHAAS » se joue des attentes du spectateur et les pousse à l'absurde : la pièce nous ramène à la substance de Kleist. C'est d'une qualité et d'une actualité intemporelle. »

Ulrike Strauch, Bonner General-Anzeiger | 17.12.2011

 

« C'est le mélange explosif - un sérieux de pape allié à une drôlerie inouïe - avec lequel les acteurs procèdent du début à la fin qui confère à la mise en scène une aura qui fascine par l'aberration de la menace qui plane. On est amené à se poser la question de qui est dans son bon droit ou même de qui, au sens propre du terme, exécute la justice. La nouvelle de Kleist se voit ici transformée en un mélange déferlant et retentissant d'école gardienne et d'asile qui rappelle parfois de façon inquiétante le monde réel. »

SCHNÜSS, das Bonner Stadtmagazin | Numéro 02/2012

 

« Un feu d'artifice d'idées pleines d'imagination, bien trouvées et parfaitement transposées, qui ne laisse ni aux acteurs ni aux spectateurs ne serait-ce même qu'une seconde de répit jusqu'à la fin. [...] Une pièce sublime, où le sous-titre « Un spectacle burlesque sur fond de pouvoir, de despotisme et de résistance » est plus que justifié. [...] Des applaudissements interminables bien mérités par la si fabuleuse prestation d'une heure et demie des saltimbanques. Félicitations ! »

Helmuth Hilgers, Grenz-Echo | 10.12.2011

 

« La coproduction entre le théâtre Marabu de Bonn et le théâtre Agora de St Vith, unis par un lien étroit depuis de longues années, évolue de l'apparemment simple théâtre de foire vers une pantalonnade aberrante sur le thème du despotisme et de la résistance. Le décor d'envergure de Céline Leuchter et la musique insolite de Gerd Oly sont un plaisir en soi dans ce spectacle très réussi « A l'affiche : KOHLHAAS ». Le metteur en scène Claus Overkamp prolonge ainsi d'une manière artistique personnelle le style du fondateur de la troupe Agora Marcel Cremer, décédé en 2009. »

kultur - das Magazin der Theatergemeinde Bonn | Numéro 02/2012

 

Entre-t-on au cirque ou au théâtre ? Musiciens, acteurs, marionnettes, ombres, masques, loges des comédiens : les yeux s'ouvrent grand. Que ce soit avec le vin du rire, le sel des larmes, le poivre de la violence ou le sucre de la tendre complicité, nous suivons la malheureuse aventure de Kohlhaas avec appétit tant le menu est délicieux et diversifié. Quelle que soit la forme utilisée, on ne trahit pas le sens, on le souligne en respectant la sensibilité du spectateur. Scènes de guerre, scènes clownesque, scène du viol à la fois forte et pudique... On applaudit à tout rompre ce spectacle original qui ne cesse de capter l'attention. Une adaptation très réussie d'une nouvelle de Heinrich von Kleist, qui dit l'injustice, la révolte, le fanatisme et la solitude de l'homme face à un ciel qui demeure muet devant la souffrance.
Le Ligueur, Philippe Mathy | 25.09.2012

 

Du théâtre politique et burlesque

« La compagnie AGORA a mis en scène pour jeunes et adultes dès 15 ans l'histoire de Kohlhaas en tant que « jeu dans le jeu ». [...] C'est un spectacle merveilleusement imaginatif, où on se joue des métaphores du cirque et des motifs du clown, de la musique moyenâgeuse et de la guitare électrique, des ritournelles et des ballades effroyables. C'est charmant, drôle et ça tire sans complexe toutes les ficelles du théâtre populaire. Et pourtant, les aspects politiques du texte de Kleist y sont clairement thématisés. Les jeunes spectateurs suivent l'histoire et n'auront aucun mal à transposer les dires dans le présent : il y a des scandales de mains sales et de la corruption ; du despotisme et de l'abus de pouvoir - un peu plus caricaturés ici que dans nos démocraties bien lisses. Mais les processus nous sont familiers. Et c'est le non-respect des droits de l'homme qui mène à la révolution sanglante : les révolutions tranquilles n'existent que depuis 1989 et elles resteront sans doute l'exception. La mise en scène tantôt burlesque, tantôt poétique plait aux spectateurs, autant les jeunes que les moins jeunes. Et mine de rien, elle assure le rôle du théâtre en qualité d'institution de formation et d'éducation morale. »

Dietmar Zimmermann pour Theater Pur en Rhénanie du Nord-Westphalie | 31.05.2013

 

"C'est imaginatif, inventif, audacieux en même temps que totalement maîtrisé, truffé de trouvailles drôles ou impressionnantes, un feu d'artifice de scènes d'anthologie, de numéros de cirque, de musique, de théâtre de marionnettes, c'est mené à cent à l'heure, ça fait participer le public, c'est dramatique et joyeux, amusant et intelligent, comique et sérieux. On rit, on tremble, on est ému - superbe idée d'avoir ajouté des poèmes de Erich Mühsam, magnifiques -. Du VRAI spectacle.
[...]
Un spectacle ingénieux et festif malgré la noirceur de l'histoire. L'imagination fourmillante de cette compagnie permet au public de prendre ses distances avec toute la violence de cette épopée, tout en étant saisi par instants par la force esthétique des propositions. (...) On ne peut qu'être séduits par l'ensemble, totalement époustouflés par le travail incroyablement riche de ses artistes hors-normes."
Nicole Bourbon, « Reg'Arts » | 7.05.2014

 

"Ce spectacle sera un rendez-vous incontournable du festival d'Avignon cet été tant par sa précision que par la pluralité de sa forme. Ces artistes épatants abordent avec finesse le drame particulièrement violent de Michaël Kohlhaas récemment adapté au cinéma d'ailleurs. Le public ne s'y trompe pas et les jeunes à partir de 15 ans sont captivés par la tragédie grotesque qui se jouent sous leurs yeux ! "
Audrey Jean, « theatres.com » | 9.05.2014

 

"Ces artistes aux talents multiples, caricatures ambulantes peinturlurées de blanc, sont capables d'émouvoir -et de mouvoir un tantinet par un entrainement des poignets- un public d'âges variés, embarqué dans un doux délire de violence et de rires."
Camille Arman, « Radio FFP - La voix des sans voix » | 8.05.2014

 

"Il n'y a pas de limite aux surprises qu'il ménage au spectateur ! Le rythme de la pièce est trépidant et sans faiblesse. On est dans du théâtre au sens premier du terme : à la fois un divertissement et une contestation, les deux étant traités avec un égal souci de qualité."
Pierre François, « En attendant... Paris » | 14.05.2014

 

"La magie du théâtre de foire opère à merveille, c'est souvent drôle, burlesque, c'est déjanté et surdimensionné et on y croit. Une compagnie à suivre sans modération !"

Anne Delaleu, « Théâtre Passion » | 8.05.2014

 

Ils sont en communication permanente avec le public [...] et l'on assiste à une chevauchée onirique incroyable où les acteurs prenant à bras le corps un drame historique lui offrent toute la démesure de leur imagination faite de bric et de broc qui a toute la fraicheur, l'innocence de l'enfance.
[...] De l'audace, toujours de l'audace avec le public, c'est la gageure de l'AGORA Theater qui réussit à faire sourire à la fois les enfants et les adultes. Comment ne pas tirer le chapeau à cette compagnie, pour sa version complétement décoiffante du drame de KOHLHAAS, fraiche et vigorifiante, époustouflante !
Evelyne Trân, „lemonde.fr" | 8.05.2014